You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.

Loci Anima
  Loci Anima Projets Agence Actualités Contact Fr En
Projets Agence Actualités Contact Fr En

Interview

Interview — © Loci Anima
Interview — © Loci Anima
Interview — © Loci Anima

Françoise Raynaud, fon­da­trice de l’agence loci anima archi­tec­tures : L’homme mobile inter­con­necté a besoin de lieux mixtes, de ce qu’on appelle aujourd’hui les «troi­sième lieu»”

Comment réa­li­ser une média­thèque Alpha à l’ère de la déma­té­ria­li­sa­tion des sup­ports ?

FR En tant qu’architecte il est aujourd’hui impé­ra­tif d’enclencher une muta­tion des espaces. Les biblio­thèques ont entamé cette tran­si­tion pour s’adapter au monde inter­con­necté que nous connais­sons aujourd’hui. Notre pro­jet rend compte de cette évo­lu­tion : nous vou­lions faire de la média­thèque d’Angoulême un véri­table lieu de vie ouvert au monde, accueillant, acces­sible, favo­ri­sant l’échange, gom­mant les cli­vages sociaux et cultu­rels au cœur de la com­mu­nauté. Un lieu par­ti­cu­lier et unique mais aussi fami­lier où le Grand Angoulême pourra faire évo­luer la mis­sion cultu­relle et com­mu­nau­taire autour de pro­jets cultu­rels et sociaux ambi­tieux.

Vous avez fait de la média­thèque Alpha un lieu de vie et d’échange. N’est-ce pas en rup­ture avec l’architecture de la biblio­thèque favo­ri­sant tra­di­tion­nel­le­ment le silence? 

FR L’homme mobile inter­con­necté a besoin de lieux mixtes, de ce qu’on appelle aujourd’hui les «troi­sième lieu». Des espaces en dehors de la mai­son et du lieu de tra­vail où il puisse entrer en com­mu­ni­ca­tion avec d’autres pour par­ta­ger ses nou­velles pra­tiques et se sen­tir appar­te­nir à un groupe. En élar­gis­sant son rôle, en gom­mant le cli­vage entre lieu public et privé, la média­thèque peut cap­ter un public large sans dis­tinc­tion d’âge, de genre, et venant de tout hori­zon social.
La média­thèque Alpha attire sans impres­sion­ner, intrigue mais ras­sure, donne envie d’entrer. Elle est fami­lière et accueillante. Elle est conçue comme un lieu de pas­sage, à l’accès faci­lité, fluide et sans contrainte.
Afin d’accompagner la muta­tion des rela­tions aux espaces, à l’ère de la mobi­lité, nous pro­po­sons un lieu d’échanges et d’expériences sin­gu­lières, un lieu d’éveil et de jubi­la­tion des cinq sens, un lieu où la nature est au cœur du bâti­ment et où le design inté­rieur offre le ter­rain rêvé pour des expé­riences sen­so­rielles uniques.

Vous par­lez de la média­thèque Alpha comme d’un « amer urbain ». Qu’entendez-vous par là ?

FR Il est vrai que pour rem­plir sa nou­velle mis­sion, la média­thèque Alpha s’éloigne des arché­types typo­lo­giques et mor­pho­lo­giques des bâti­ments publics cultu­rels qui res­tent des «temples du savoir » infran­chis­sables pour beau­coup. La média­thèque n’est pas un bâti­ment, c’est effec­ti­ve­ment un «amer urbain » connecté : un empi­le­ment de pas­se­relles, de ponts habi­tés qui lient et relient, connectent phy­si­que­ment et visuel­le­ment les lieux et les pay­sages alen­tours. Le bâti­ment se com­pose réel­le­ment de cinq «mondes» évo­lu­tifs et iden­ti­fiables par la cou­leur-matière du métal des pla­nètes qui lui sont asso­ciés. Ainsi, le monde «créer » est anthra­cite en réfé­rence à Saturne et au plomb. Le monde «com­prendre » rap­pelle la Lune et l’argent. Le monde «ima­gi­ner » s’assimile à Jupiter et au bronze. C’est le Soleil et l’or que l’on retrouve dans le monde «d’un monde à l’autre». Enfin, «la fabrique des mondes» est rouge cuivre, ren­dant hom­mage à Mars.

La nature est une thé­ma­tique qui vous est chère. Au sein d’un espace comme celui-ci, ultra connecté, com­ment avez-vous abordé cette rela­tion?

FR Nous pro­po­sons un regard com­plé­men­taire et dif­fé­rent qui, au‐delà des per­for­mances réelles et intrin­sèques du pro­jet sur les aspects envi­ron­ne­men­taux, ajoute une dimen­sion sym­bo­lique et sen­sible. L’urbain est de plus en plus coupé de la nature et trouve dans les élé­ments de la vie et de la nature une source inépui­sable de rêve et de plai­sir. Le soleil, l’air, le végé­tal, l’eau et le métal sont les maté­riaux de construc­tion du pro­jet. Tout en ven­ti­la­tion natu­relle, il est conçu entiè­re­ment pour pro­fi­ter et/​ou se pro­té­ger des élé­ments selon les sai­sons, selon les orien­ta­tions. À tous les niveaux, les espaces se pro­longent à l’extérieur par des ter­rasses ou des jar­dins, pour vivre dedans et dehors, pour pro­fi­ter par­tout de la lumière natu­relle pour s’ouvrir ou se fer­mer en fonc­tion de l’apport ther­mique et de la lumière néces­saire et dési­rée.